Le Blog des Chroniques de L'Eveil

Apprenez à vous observer


L'invitation du jour consiste en un mot : L'observation !


Vous connaissez cette expression qui dit "nous avons le nez dans le guidon ?", cela revient souvent à dire, que nous sommes tellement concentrés sur ce que nous faisons que nous en oublions de voir ce qu'il se passe autour, des détails, ou de prendre le temps à autre chose.


Et bien cette notion s'applique particulièrement à nous même et à nos croyances.


Elles sont tellement ancrées, engrammées en nous, que nous voyons la vie, les gens et les situations à travers ce filtre de vérité et de réalité que nous avons crée tout au long de notre vie.


Parfois il est bon de nettoyer sa paire de lunette, pour nous observer et prendre conscience que certaines parties de nous bien enfouies et dissimulées ne cherchent qu'à être vues de nous même.


Quand avez-vous pris le temps de vous observer pour la dernière fois ?


Cela peut s'entendre de multiples façons :


- S'observer vraiment dans un miroir : mais pas pour regarder vos défauts, mais vous regarder dans vos yeux : que vous dit votre regard ? Est il doux, triste, fuyant, fier, brillant, rempli d'amour ? Lisez vous un message particulier, comme vous pourriez le décrypter dans le regard de la personne que vous aimez ?

Arrivez vous à vous regardez plus de 30 secondes ou sentez vous monter une émotion ? Honte, tristesse, gêne, fierté, douceur ?


- Observer vos émotions : Prenez un moment pour nommer l'émotion que vous avez ressentie, puis vous demander ce qui l'a provoquée?


Observer ce que nous pensons, qui nous sommes, ce que nous envoyons comme information et les parties blessées en nous, permet de mieux se comprendre et d'améliorer nos relations avec les autres.
Oser s'observer

- Observer vos mots et vos pensées : De quelle façon vous adressez vous à vous même ? Que ce soit en pensées ou à voix haute.

Qui n'a jamais eu un mot insultant à son encontre en ratant quelque chose ?


Avez vous tendance à vous dévaloriser vous même ? "Mais qu'est ce que je suis bête, nulle?" voire pire. "Je suis une tête de linotte" "j'ai un cerveau de poisson rouge, j'oublie tout", "qu'est ce que je suis maladroit" ...

Le cerveau à force d'entendre des phrases, crée des schémas neuronaux, une information qui devient pour lui une réalité et donc une vérité.


Nos pensées génèrent des émotions, donc des actions c'est en cela que nous disons qu'elles sont créatrices.

Donc si nous pensons, et qu'en plus notre cerveau entend ces magnifiques mots doux que nous nous disons à voix haute, il va créer de nouvelles vérités, et c'est ainsi que vous allez vous infliger à vous même de nouvelles croyances.


- Observer vos comportements : permet aussi d'identifier vos fonctionnements, vos peurs, et ainsi ce que vous envoyez comme énergie aux autres.


Exemple : Quand je parle de moi aux gens, ils me coupent la parole, donc je ne finis jamais mes phrases.

=> Ne pas me sentir reconnu-e ou écouté-e peut me blesser, m'apporter de la frustration, de la colère ou un sentiment de rejet.


Ainsi, je prends conscience que ce genre de fonctionnement renforce le manque d'estime ou de confiance en moi, et je préfère m'effacer, je privilégie la solitude.


En observant ce fonctionnement et les émotions qui sont liées, je vais pouvoir aller plus loin en cherchant pourquoi je n'ose pas parler de moi avec assurance, pourquoi je laisse les gens me couper la parole sans m'affirmer plus, et d'ailleurs pourquoi osent ils tous m'interrompre ? D'où vient ce schéma répétitif ?


La blessure de dévalorisation, ou de rejet, peut nous inciter à penser que nous ne sommes pas interressant-e et nous incite à ne pas oser nous affirmer, à ne pas finir nos phrases. Nous allons accuser les autres de nous interrompre, alors que c'est nous qui avons un comportement d'effacement, de croyances "ce que je dis n'intéresse personne".
Ne pas se sentir écouter


- Observer votre façon de vous juger et de juger les autres : va vous permettre de faire le point sur vos blessures, et votre égo.

Sachant que votre égo est votre garde du corps, il se manifeste justement quand une blessure (trahison, rejet, injustice, humiliation, abondon) est activée pour vous protéger de toute souffrance. L'objectif n'est pas de l'étouffer, mais justement d'observer ce qu'il manifeste, son message pour le prendre en considération.


- Observer votre façon de vous aimer, profondément : savez vous être fier/fière de vous ? Vous rendez vous compte de toutes les peurs que vous avez réussi à dépasser depuis votre naissance ? De tout ce que vous êtes capable d'entreprendre pour vous ou pour les autres ?


- Observer le respect que vous avez envers vous même et faire le parallèle avec le respect qu'ont les autres à votre égard : Si vous n'êtes à pas à l'écoute de vos besoins, vous sacrifiant ou vous oubliant au service des autres : vos enfants, votre partenaire de vie, vos amis, vos collègues... vous envoyez l'information que les autres sont plus importants que vous mêmes et vous laissez la porte ouverte à un comportement parfois désobligeant à votre égard.


- Observer la façon dont vous prenez vos responsabilités par rapport à ce qu'il vous arrive : pensez vous que tout est à la faute des évènements extérieurs : la société, les actualités, votre belle famille, votre patron ?...

Etes vous du genre à nourrir ce statut de victime ou prenez vous la responsabilité de vos choix, de votre façon de gérer vos émotions ?

Attention à ne pas confondre responsabilisation avec culpabilité et victimisation.


- Observer à travers quel filtre vous voyez le Monde, les autres êtres vivants (humains, nature...) : est ce à travers le filtre parental ?


Par exemple : une mère qui vous a toujours dit que les gens sont méchants, croyance = il faut se méfier des autres ? Un père qui vous a dit que si vous ne suivez pas telle voie vous ne serez pas reconnu-e = vous n'aurez pas de succès ?

Pensez vous que vos croyances vous appartiennent, ou que vous êtes en loyauté à votre famille et que vous répéter leurs fonctionnements ?

Exemple : "Etre riche égal être malhonnête?" "Toutes les femmes doivent être fortes car on ne peut pas compter sur les hommes ?"


- Observer votre façon d'interagir avec les autres : êtes vous dans l'attente de quelque chose ? Pensez-vous qu'ils devraient deviner ce que vous souhaitez ? Essayez vous de changer ou de sauver les autres ? Comptez vous sur les autres pour qu'ils fassent à votre place ? Comment réagissez vous par rapport aux émotions des autres ?


Pensez vous que vous êtes obligé de garder le lien avec certaines personnes sous prétexte qu'elles font partie de votre famille, alors qu'elles sont toxiques, ou méchantes à votre égard ?


- Observer votre façon de communiquer : faites vous des généralités, commencez vous vos phrases par TU, ou par JE quand vous voulez passer un message à quelqu'un ?

Exemple : Tu arrives toujours en retard! Ou tu ne fais jamais le ménage ! ou Tu ne m'écoutes pas. ou "Moi je ne me laisserai pas aller "(sous entendu comme elle). "Je dois toujours tout gérer"


- Observer vos pensées : si je vous demande ce que représente une maman pour vous, un mari, un patron ?....


Quelles sont les valeurs d'un "bon" parent pour moi ? J'étudie mes pensées, mes émotions, mes attentes, et j'observe les résultats qui en découlent dans ma relation à mes enfants, mais aussi celle avec mes parents.
Croyances sur mon rôle de maman

Faites le parallèle avec vos principes et vos valeurs, et le rôle que vous jouez en portant l'une de ses casquettes, ou votre façon de voir celui ou celle qui la porte.


Exemples de pensées par rapport au rôle de maman : "Je pense que pour une maman ses enfants doivent être sa priorité" :

· Si je suis un homme, et que je pense que mon ex femme ne fait pas du tout comme ça je vais la juger, être dans le conflit et le reproche.

Mais, me suis je déjà demandé quelle est sa façon à elle d'envisager son rôle de maman proportionnellement à son statut de femme ? Si je reste objectif : Mes enfants ont ils un lien fort avec leur maman, répond elle à leurs besoins ?


Ou tout simplement a-t-elle eu les outils de la part de ses parents dans son enfance ? Peut être qu'elle ne sait tout simplement pas comment être démonstratrice, ou qu'elle estime que sa carrière est plus importante, pour subvenir à leurs besoins et s'investit pour leur assurer un confort matériel. (ce qui ne sous entend pas forcément qu'elle n'aime pas ses enfants, mais simplement, qu'elle est peu présente à la maison ou pas aussi présente que le "souhaiterait" leur père).


· Si je suis une maman et que j'ai la même croyance : où est la frontière entre le respect de leurs besoins et les miens ? A force de vouloir jouer à la super maman parfaite, ne fais-je pas peser une pression sur mes enfants ?


Prendre le temps de s'observer, faire son bilan émotionnel pour comprendre quelles sont les blessures liées aux évènements qui nous ont touché dans notre vie, permet de prendre du recul, de se détacher des émotions et des jugements que vous avez sur vous même et sur les autres.


L'observation de soi, et des ses blessures et croyances est l'un des 1ers exercices que je fais faire dans mon accompagnement.

L'objectif n'est nullement de vous faire culpabiliser, de vous juger, mais plutôt de mettre la lumière sur vos filtres, vos pensées limitantes, et d'identifier ce qui ne vous appartient pas pour vous en libérer.


Parfois le simple fait d'identifier, de constater, nous permet de comprendre et conscientiser des blocages.


Ou cela peut être la première marche pour une enquête que des traumatismes plus lourds ont enseveli dans notre inconscient.


Mon rôle est de vous aider justement à vous révéler ce qu'il se cache dans vos angles morts, vous accompagner à avancer sur ce chemin et à vous rendre autonome en créant de nouveaux schémas de reflexion. Comme pour un nouveau sport, il faut petit à petit s'entrainer, répéter les mouvements, se remettre en question, accepter l'échec comme des essais ou des expériences vers la réussite de ce que vous désirez vivre.


S'observer c'est aussi mettre une pause sur le "Faire" pour être plus dans "l'Etre". Cela doit s'accompagner de beaucoup de douceur et de gratitude pour qui vous êtes et pour la démarche de mieux être que vous effectuez, car petit à petit vous allez lever des blocages pour être plus libre d'affirmer qui vous êtes.


Pour aller plus loin, vous pouvez mettre par écrit ou prendre un temps pour méditer sur toutes les propositions ci-dessus, mais aussi suivre toutes les astuces et outils que je propose dans mes contenus gratuits : blogs sur le site, ou via les Chroniques de l'Eveil sur les Réseaux sociaux.


Pas besoin de passer 1h assis en tailleur au fond de la forêt, vous pouvez vous poser ces questions en faisant vos activités quotidiennes, conduire, repasser, cuisiner, allaiter...


Et pour aller plus loin, vous pouvez venir sur RDV à Carpentras, ou nous pouvons effectuer des séances à distance, au cours desquelles je vous proposerai des exercices, des conseils et du partage.



Si vous voulez plus d'informations, je vous offre un échange découverte par mail ou téléphone.


A très vite pour la prochaine invitation !


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout